[Start] Get Your Game On

Get Your Game On a eu droit à un coup d’essai, il y a quelques mois. L’idée est née en mars, quand j’ai cédé à la tentation de travailler sur les jeux vidéo pour mon mémoire de master 2. Mais le projet a dû s’interrompre un moment, le temps de régler un changement de plate-forme de blog, les examens de fin d’année, et la disparition tragique de mon ordinateur avec toutes mes archives.

Ce long hiatus se termine. Get Your Game On reprend, toujours dans le but d’explorer les game studies du point de vue des néophytesIl rassemblera des ressources sur l’étude académique des jeux vidéo – sites de chercheurs, revues spécialisées, notes sur des livres et des articles, revues sur des conférences et des colloques… Et, à mesure que mon mémoire prend forme, vous allez en retrouver des bribes sur Get Your Game On.

Le mémoire, justement. Je suis rentrée en master de sociologie avec l’intention de travailler sur le genre, marquée par une année d’étude en Amérique du Nord. Naturellement, c’est la question du genre dans les jeux vidéo qui m’a d’abord intéressée. Puis quelques mois d’exploration des game studies ont un peu élargi ma perspective. Ce qui m’intéresse, ce sont les joueurs invisibles – ceux qui sortent du stéréotype du joueur, homme, 15-25 ans, accro à World of Warcraft.

D’où le sujet de mon mémoire, les seniors1 et leurs pratiques en matière de jeu vidéo. Difficile de trouver une population plus marginale, que ce soit dans la culture, dans le marketing ou dans la littérature académique sur les jeux vidéo. Un cas critique de ce genre peut beaucoup pour éclairer les questions de pratiques et de représentations en game studies, mais aussi les questions de diffusion et d’adoption des pratiques et des technologies du numérique.

Par la force des choses, Get Your Game On va beaucoup couvrir ces thèmes – sociologie des joueurs, sociologie économique du secteur du jeu vidéo, approche Sciences, Technologie et Société, notamment. Mais ce carnet de recherche se donne surtout une mission de recensement des ressources, dans le monde riche et peu cartographié des game studies. Grandes ambitions pour un blog d’étudiante, c’est vrai. Mais chiche, et on se donne rendez-vous à ma soutenance de mémoire !

G. L.

1. La terminologie est problématique, et j’en reparlerai plus tard (bien obligée !).  « Seniors » a le mérite de la concision et du consensus, même si je préfèrerais parler des « aînés », selon la formule québécoise de Bernadette Puijalon et Jacqueline Trincaz dans Le Droit de vieillir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *