« Mars Needs Women! Patriarchal Fantasies in Outer Space B-Movies. » Intervention au colloque de SAGSA à Concordia

L'affiche du film Frankenstein meets the Space Monster (1965), image empruntée au site Nanarland

L’affiche du film Frankenstein meets the Space Monster (1965), image empruntée au site Nanarland

L’association étudiante du département de sociologie et anthropologie de Concordia organise tous les ans une conférence – cette année, elle s’appelle « To Boldly Go: Reflections on New World Possibilities » et s’intéresse aux projets de colonisation de Mars. Une présentation (en anglais) est disponible ici.

J’y ai présenté une contribution, « Mars Needs Women! Patriarchal Fantasies in Outer Space B-Movies », qui s’intéresse aux représentations des femmes dans les films de série Z sur Mars. Cette contribution faisait partie du panel sur le féminisme, qui comptait aussi le travail de Mona Ghassemi Zavieh sur l’impératif de virginité et la probable persistance des oppressions sexistes dans de potentielles colonies martiennes.

A partir d’un corpus de cinq films de série Z sur Mars, j’ai formulé quelques remarques. Les films de série Z sur l’espace présentent des sociétés autres, mais pas sur le mode de l’invention psychédélique d’un monde extraordinaire ou de l’exaltation d’un Eden utopique. Le trope central, présent dans quatre des cinq films, est le suivant : les Martiens, menacés d’extinction à cause de la disparition des femmes de leur planète (ou, dans un cas, des hommes de leur planète), viennent sur Terre enlever des femmes, ce qui suscite l’indignation et la résistance des hommes de la Terre. Au-delà du ton évidemment patriarcal de ce scénario récurrent, où les femmes ont un statut d’objet précieux voire de territoire que les hommes doivent protéger et se réserver, les nanars en question ont des choses à dire sur le genre et sur ce qu’est une femme respectable.

Dans chacun des films, les Martiens vivent dans une société dystopique, d’ailleurs menacée d’extinction à cause de la disparition d’un des deux sexes nécessaires à la reproduction – généralement les femmes. Par ailleurs, ces films ne jouent pas avec la notion de genre : ils traitent le genre (tel qu’il est conçu notamment dans l’Amérique des années 1950) comme une constante universelle, une binarité biologique centrée sur la reproduction. Enfin, on y trouve l’idée que la femme respectable – telle, encore une fois, que la conçoit l’Amérique blanche bourgeoise des années 1950 – est un idéal universel. Le cosmos tout entier partage le même goût en matière de femme : jeune, jolie, en bonne santé, et capable de se reproduire, mais aussi silencieuse et docile, au point que les femmes kidnappées n’ont pour la plupart pas une seule ligne de dialogue (à l’exception de la jeune première).

J’inclus le lien vers le Prezi utilisé comme support.

Une précision, importante, sur l’intervention : on m’a demandé de proposer une contribution à la dernière minute, à cause d’une réorganisation des panels, et j’ai choisi de parler d’un sujet qui n’est ni ma spécialité académique ni un intérêt personnel. L’opportunité se présentait de parler, pour une fois, d’autre chose que des jeux vidéo ou du grand âge, et j’en ai profité pour me plonger dans quelque chose de nouveau – avec, forcément, quelques limites. Mais je ne le regrette pas, ne serait-ce que pour la qualité des questions et des discussions à la fin du panel !

Pour finir, une chronique de Nanarland sur un des films du corpus, Frankenstein Meets the Space Monster (je leur ai emprunté l’image qui illustre cet article).

***

The student association of the Sociology and Anthropology department at Concordia organizes a conference every year, and this year, « To Boldly Go: Reflections on New World Possibilities » explored the social and political implications of the projects for Martian colonization. In the panel about feminism, alongside Mona Ghassemi Zavieh, who discussed the « virginity imperative » and the risks of replicating oppressive systems on a colonized Mars, I presented a talk about the representation of women in outer space B-movies about Mars. « Mars Needs Women! Patriarchal Fantasies in Outer Space B-Movies » examines how five Mars-themed B-movies reinforce patriarchal representations and imperatives about gender.

The main trope, present in four out of five movies, is as follows: Martians are on the brink of extinction because of the rarity, or disappearance, of Martian women (or, in a case, Martian men); Martians come to Earth to kidnap women in order to reproduce and save their species from extinction; Earth men resist and ultimately save the women.

Beyond the distinct patriarchal tones of the trope itself, where women are akin to a property or a land that Earth men must keep for themselves, those movies tell us significant stories about gender and the respectable woman. The movies treat gender as a universal, binary, biological, reproduction-centered fact. They also demonize Martian social orders (thinly veiled metaphors for feminist or socialist social orders), who are apparently doomed to self-destruct. Finally, the movies agree that the ideal woman (according to the white, middle-class standards of 1950s America) is in fact a universal – and intergalactic! – ideal.

If you want to check the movie posters, here’s the Prezi!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *